[LE CAS MASTORNA] d’après Le Cas Mastorna de Dino Buzzati - Création en cours 2018-2019

Théâtre, danse & arts numériques

​

Conception, mise en scène & création sonore Pierre-Mathieu Hébert // Chorégraphie Sofia Fitas // Scénographie Lucie Gautrain // Eclairages Fanny Perreau // Distribution technique en cours //

​

​

Avec Claude-Bernard Perot, Carole Dalloul, Sarah Rees & Thomas Mallen

​

Production La Cabine Leslie / Coproduction Commune de La Norville

​

Autres coproductions en cours

​

Histoire

​

Extrait de Dino Buzzati, Etranges déformations de ce que l’on appelle l’espace-temps

Pianeta N° 9, Septembre-Novembre 1965

​

« Sur la route départementale entre Sebalia et Gretti, dans la province de Mortara, il y a une très longue portion rectiligne appelée couramment « la tirée », flanquée de deux files ininterrompues de platanes. Le matin du 30 Juin 1957, qui était un dimanche, à treize heures quinze, c’est à dire peu avant l’aube, un motocycliste dont il est inutile de donner le nom, arrivant de Sebalia, découvrit, juste à l’endroit où finit la portion rectiligne, une voiture encastrée dans un arbre. Il s’arrêta, s’approcha et vit que dans la voiture se trouvaient trois personnes dont deux au moins avaient cessé de vivre. […] Pratiquement sept mois plus tard, le 23 Février, vers quatre heures du matin, le chauffeur d’un camion qui parcourait la route entre Sebalia et Gretti, arrivé presque à la fin de la portion rectiligne, aperçut une automobile écrasée contre un arbre. Il s’arrêta, s’approcha, et vit trois personnes dont deux au moins avaient cessé de vivre. 

​

​

Le Temps

​

Dans nos sociétés, on considère toujours une conclusion scientifique comme le plus haut degré de vérité. Or la science peut aussi être considérée comme l’une des voies possibles pour expliquer la complexité du monde, non l’unique.

L’adaptation que je propose du cas Mastorna est à la fois une démonstration scientifique, parce qu’il est important d’avoir en tête les notions de relativité générale et de mécanique quantique abordées par cette nouvelle, et une démonstration artistique.

​

Comment la représentation du temps au théâtre peut-elle exister ? Comment matérialiser le vide ? Comment repousser le temps, la vie et donc la mort ?

​

Nous allons créer un spectacle qui interroge notre perception du temps. 

Les quatre pages de la nouvelle de Buzzati seront nos balises. Nous allons décortiquer cette nouvelle, la développer et l’adapter.

​

Le Cas Mastorna est une création à la croisée du théâtre, de la danse et de la performance. Pour cela, j’ai souhaité faire appel à des artistes issus de plusieurs disciplines. La synergie des compétences et des sensibilités permettra d’enrichir cette exploration abyssale de l’espace-temps

​

Pierre-Mathieu Hébert